Parce que j'aime les femmes

Ok, on est d'accord, je ne remettrai jamais en cause ma détermination à être un féministe.

Mais c'est bien avant tout parce que j'aime les femmes et la sensualité des femmes.

Comment pouvons-nous être homme et refuser admettre que l'on aime les femmes ? Peut-être juste parce que votre église religieuse vous l'a imposé ?

Peut-être votre éducation vous fait dire que vous ne devez pas dire publiquement que vous aimez les femmes ?

A la limite vaut-il mieux dire que vous aimez le sexe, ou plutôt que le sexe est un élément sèrieux à ne pas prendre à la légère. Rilke l'explique bien dans Lettres à un jeune Poète.

Mais aimer les femmes peut devenir scandaleux si l'on pense à l'aspect frivole. Au coté parfaitement interdit de l'adultère. Car nous en aimons qu'une. Où du moins une en même temps. 

Est ce vraiment le propos ? Les esprits malins ou plutôt coquins vous diront que l'un dans l'autre les glissades vous font pencher le coeur plus facilement. Là encore, ici n'est pas mon propos. Car chacun est libre de rester fidèle ou non. 

Non ici ma volonté est de pouvoir discuter de l'attirance que provoque les femmes sur l'homme. Cette attirance plus que naturelle, puisque comme le dit si bien Pauline LAFONT.."c'est la nature !"

L'aspect érotique que travaille une femme lorsqu'elle arrive dans l'âge adulte provoque chez tous les garçons un trouble évident.

Sommes nous armés contre cela ?

 

Pas du tout. Le tabou fait en sorte que nous devons le plus souvent taire le sujet pour ne pas provoquer.

Ma volonté n'est pas de protéger le garçon, ni la fille. Mais de protéger les deux.

Je veux juste formuler un essais sur cette attirance, ce coté pulsionnel et chercher le plus subtil pour essayer d'analyser intellectuellement l'attirance, la frustration, le désir sexuel que provoque la femme, les femmes. 

Comment certaines femmes peuvent sans être réellement belles, provoquer une attirance flagrande.

Combien la litterature a débattu sur le sujet. Là nous pouvons presque dire que la littérature a pour sujet principal l'amour.

Nous y voilà. L'amour et la femme.

Vive les femmes

1/5

Montrer son cul est une chose vulgaire. Le mot est vulgaire et sans finesse. Tel l'animal montre son cul, la femme pour l'homme aime se montrer.

Je ne veux pas aborder la question philosophique qui a tant fait parler les religieux. J'admets cela comme un acte naturel.

La muse doit donc être considérée comme la fleur du poête. 

© 2020 - Magaflor -