Nous allons faire du rétro pédalage. J'adore cette idée. Retrouver le moment où...

Et puis pourquoi pas aller plus loin.

Chercher au fond de soit pourquoi l'on aime le passé. Pourquoi on aime que les sentiments restent les mêmes, Naïf, on croit toujours que rien ne changera, alors que tout change.

Parfois à cause de toi, parfois à cause de moi.

Mourir est un mot. Mais c'est bien plus rapide encore. Prendre le temps d'y penser vous donne des frissons. A mon sens les vrais frissons viennent de là... Mourir une idée. Alors prenons le temps d'en souffrir ! Vous verrez cela ne durera pas si longtemps.

Frédéric Stroesser

15 octobre, 06:09 · 

« Mourir
Est un art, comme tout le reste.
Je m’y révèle exceptionnellement douée,
On dirait l’enfer tellement.
On jurerait que c’est vrai.
On pourrait croire que j’ai la vocation. »

Sylvia Plath (1932-1963), extrait du poème « Dame Lazare » / recueil : « Ariel », publié à titre posthume en 1965 / traduit de l’anglais, présenté et annoté par Valérie Rouzeau, Éd. Gallimard.

---------------------------------------------------------

Robert Schumann (1810-1856) : Drei Fantasiestücke pour clarinette et piano, Op. 73 - I. Zart und mit Ausdruck - http://youtu.be/oJEzwr-jksw.

Pour changer de page aller en bas à droite et cliquer sur le lien, l'histoire continue là.

If you want continuou the story go down right on the page and click here for follow the story.

© 2020 - Magaflor -