Dorothea Lange

Dorothea Lange, née le 26 mai 1895 à Hoboken (États-Unis) et morte le 11 octobre 1965 à San Francisco, est une photographe américaine dont les travaux les plus connus ont été réalisés pendant la Grande Dépression, dans le cadre d'une mission confiée par la Farm Security Administration (FSA) (« Administration de sécurité des fermiers  »).

Suite au krach boursier du 24 octobre 1929 et à une sécheresse dans les états du Sud, l’Amérique connaît une crise sans précédent (période de la Grande Dépression). Soucieuse du sort des sans-abri et des chômeurs, Dorothea Lange décide de sensibiliser les citoyens à la pauvreté qui les entoure. Elle descend dans la rue avec son appareil photo et se lance dans le documentaire social engagé.

En 1935, Dorothea Lange est engagée par la Resettlement Administration (l’Office de la réinstallation), un organisme lancé par le gouvernement de Franklin Delano Roosevelt dans le cadre du New Deal. Dans un premier temps, elle assiste son mari, Paul Schuster Taylor, prend des notes avec les personnes en difficulté et réalise quelques photos.

Dans les années 1950, elle entreprend plusieurs voyages (en Amérique Latine, Égypte, Irlande, Viêt-Nam…) et publie quelques reportages dans Life.

En 1966, le MoMA lui consacre une exposition rétrospective.

Mére migrante [date : 1936] : est la photographie la plus célèbre de Dorothea Lange et peut-être la plus connue du programme de la Farm Security Administration. Elle est devenue le symbole de la crise de 1929 aux Etats-Unis. => [Suite au krach boursier du 24 octobre 1929 et à une sécheresse dans les états du Sud, l’Amérique connaît une crise sans précédent (période de la Grande Dépression). Soucieuse du sort des sans-abri et des chômeurs, Dorothea Lange décide de sensibiliser les citoyens à la pauvreté qui les entoure. Elle descend dans la rue avec son appareil photo et se lance dans le documentaire social engagé.]

La planche contact montre une série de six prises de vue du même sujet, une jeune mère anxieuse, au visage marqué et au regard perdu dans le vide, entourée de ses trois enfants. La dernière étape est la meilleure prise mais un détail gêne Dorothea Lange : le pouce d’une de ses mains apparaît de manière parasite au premier plan et risque d’entraver la qualité de cette image ou de distraire le spectateur. Dorothea Lange va retoucher cette photographie et faire disparaître l’intrus. Certains ne seront pas d’accord indiquant que c’était, là, une falsification de la réalité. En maintenant ses choix, elle posera le problème de la définition de la « photographie documentaire ».

Beaucoup de détails concernant la prise de cette photographie ont été recueillis. Lange revient au printemps 1936 d’une mission en solitaire pour laFSA, le coffre chargé de pellicules, lorsqu’elle dépasse un panneau indiquant un camp de ramasseurs de petits pois. Pendant trente kilomètres elle se demande si elle ne devrait pas faire demi-tour, ce qu’elle se décide finalement à faire. C’est là qu’elle rencontre Florence Owens Thompson. Son mari est mort depuis quatre ans et elle a six enfants à sa charge qui se nourrissent comme ils peuvent, de trouvailles. Selon Lange, ils ne pouvaient partir car ils avaient vendu les pneus de leur voiture afin de procurer de quoi manger, chose que s’est révélée incorrecte selon les souvenirs de Thompson dans les années 70 : la voiture était tombée en panne. Lange s’approche et prend six clichés en dix minutes. Elle parle avec la femme qui lui donne son âge, 32 ans, et lui explique tout cela. Dorothea Lange s’approche graduellement et réalise ce portrait. 

Cette célèbre photographie, véritable icone de la misère humaine incarnera à jamais les exclus du rêve américain. C’est durant la grande dépression suivant le Krach du 29 octobre 1929 que Franklin Roosevelt crée la Farm Security Administration ( FSA ) qui a comme objectif de venir en aide aux agriculteurs ruinés. Roy Stryker, un économiste travaillant à la FSA prit l’initiative de créer un département photo à l’intérieur de la FSA, il veut utiliser la photographie comme arme pour convaincre le congrès et les américains de la nécessité de débloquer des fonds. Durant six ans, 11 photographes seront chargés de parcourir les États-Unis afin de témoigner par leur clichés de la misère des victimes de la grande dépression. La photographe Dorothea Lange sera l’une d’entre-eux.

Nous sommes le 6 mars 1936 lorsque Dorothea Lange décide d’entrer chez elle après avoir passé un mois à photographier les ouvriers saisonniers de la côte ouest. C’est à ce moment qu’elle remarque un panneau signalant un camp de ceuilleurs de petits pois. Dorothea Lange passe tout droit, elle est pressée de retrouver ses enfants. Pourtant, quelque chose la tiraille et au bout de 30 kilomètres elle décide de faire demi-tour. C’est ainsi que Lange se retrouve dans le camp de Nipomo ou sont entassées des familles de migrants. C’est dans ce camp que Lange fera la rencontre de Florence Thompson, une jeune veuve de 32 ans, mère de 6 enfants. Dorothea Lange ne passera que quelques minutes avec Florence Thompson, tout juste le temps d’échanger quelques mots et de faire six clichés dont le dernier, mère migrante, fera le tour du monde.

Bien des années plus tard, en 1978 Florence Thompson tente de faire interdire la publication de cette photo. Elle n’y parviendra pas puisque rien ne prouve que la photo a été prise à son insu. Dans une interview au journal Tribune, elle affirmera « Je suis lasse de symboliser la misère humaine alors que mes conditions de vie se sont améliorées ».

Paradoxalement, 5 ans plus tard la famille n’hésitera pas à faire paraitre une fois de plus la photo dans Le New York Times pour lancer un appel aux dons. Florence Thompson est atteinte du cancer et n’a pas les moyens de payer son hospitalisation. En quelques semaines, 15 000 dollars affluent de tous les coins du monde. Florence Thompson succombe quand même à la maladie et meurt le 16 septembre 1983 à l’âge de 79 ans.

Sihem et Marion

© 2020 - Magaflor -