Ma pauvre Muse, hélas ! Qu'as-tu donc ce matin ?

Tes yeux creux sont peuplés de visions nocturnes.

Et je vois tour à tour réfléchis sur son teint.

La folie et l'horreur, froides et taciturnes.

Le succubes verdâtre et le rose lutin.

T'ont-ils versé la peur et l'amour de leurs urnes ?

Le cauchemar, d'un poing despotique et mutin.

T'a-t-il noyé au fond d'un fabuleux Minturnes ?

Je voudrais qu'exhalant l'odeur de la santé. 

Ton sein de pensers forts fût toujours fréquenté,

Et que le sang chrétien coulât à flots rythmiques,

Comme les sons nombreux des syllabes antiques,

Où règnent tour à tour le père des chansons,

Phoebus, et le grand Pan, le seigneur des moissons.

Un documentaire sur le procès des Fleurs du Mal

N'avons-nous pas de boudoir dans nos nuages digitaux pour pouvoir parler de Charles Baudelaire

La Muse malade - Charles Baudelaire. Un de mes meilleurs amis.

Table des matière - 309

Lecteur paisible et bucolique, Sobre et naïf homme de bien, Jette ce livre saturnien, Orgiaque et mélancolique. Si tu n'as fait ta rhétorique Chez Satan, le rusé doyen. Jette ! tu n'y comprendrais rien. Ou tu me croirais hystérique» Mais si, sans se laisser charmer. Ton œil sait plonger dans les gouffres. Lis-moi, pour apprendre à m'aimer ; Âme curieuse qui souffres Et vas cherchant ton paradis. Plains-moi ! Sinon, je te maudis !

Ici des liens pour mieux suivre ce que les autres en disent.

Les incubes et les succubes

Minturnes  Le nom "Minturnes" désigne un marécage Italien. De plus, le qualificatif "Fabuleux", dans la "Muse malade" ( Si mes souvenirs sont bons ), est à interpréter dans le sens : Qui appartient à la fable, et non dans le sens d'affabulation. 

Pan ou 

Mais aussi Pan 

Psy

Le mal

explications sur le fleuve L'éthé. Charles Baudelaire parle de ce fleuve dans le spleen 3 des fleurs du mal. un fleuve à l'eau verte qui a pour vertu d'apporter l'oubli aux morts. Il y a 5 fleuves aux enfers, suivez le guide, ici

C'est par le loisir que j'ai, en partie, grandi.  A mon grand détriment ; car le loisir, sans fortune, augmente les dettes, les avanies résultant des dettes. Mais à mon grand profit, relativement à la sensibilité, à la méditation, et à la faculté du dandysme et du dilettantisme. Les autres hommes de lettres sont, pour la plupart, de vils piocheurs très ignorants.

Baudelaire qui n'aimait pas la photographie est pourtant l'Artiste le plus photographié pour son époque. Il fallait resté plusieurs minutes sans bouger.

Il y a une certaine lâcheté ou plutôt une certaine mollesse chez les honnêtes gens.

Il y a dans tout changement quelque chose d'infâme et d'agréable à la fois, quelque chose qui tient de l'infidélité et du déménagement. Cela suffit à expliquer la révolution française.

Pourquoi réussirais-je, puisque je n'ai même pas envie d'essayer ?

Être un homme utile m'a paru toujours quelque chose de bien hideux.

Presque toute notre vie est employée à des curiosités niaises. En revanche il y a des choses qui devraient exciter la curiosité des hommes au plus haut degré, et qui, à en juger par leur train de vie ordinaire, ne leur en inspirent aucune.

Ivresse d'Humanité. Grand tableau à faire : Dans le sens de la charité. Dans le sens du libertinage. Dans le sens littéraire, ou du Comédien.

Sentiment de solitude, dès mon enfance. Malgré la famille, - et au milieu des camarades, surtout, - sentiment de destinée éternellement solitaire. Cependant, goût très vif de la vie et du plaisir.

La croyance au progrès est une doctrine de paresseux, une doctrine de Belges. C'est l'individu qui compte sur ses voisins pour faire sa besogne. Il ne peut y avoir de progrès (vrai, c'est-à-dire moral) que dans l'individu et par l'individu lui-même. Mais le monde est fait de gens qui ne peuvent penser qu'en commun, en bandes. Ainsi les Sociétés belges. Il y a aussi des gens qui ne peuvent s'amuser qu'en troupe. Le vrai héros s'amuse tout seul.

La question (torture) est, comme art de découvrir la vérité, une niaiserie barbare ; c'est l'application d'un moyen matériel à un but spirituel.

Erratum - Le texte copié à coté du dessin n'est pas de Baudelaire, mais de Lou Andrea Salome. Un poème envoyé à Rainer Maria Rilke en 1910 je crois. Mais quel rapport entre ce couple et Baudelaire ?

Il faut travailler, sinon par goût, au moins par désespoir, puisque, tout bien vérifié, travailler est moins ennuyeux que s'amuser.

Oh Charles.. Les Belges ? Quelle honte. Alors que ce peuple aime la culture Française. Florent qui aimerait tellement pouvoir parler à Charles Baudelaire

Pourquoi l'homme d'esprit aime les filles plus que les femmes du monde, malgré qu'elles soient également bêtes ?

Il n'existe que trois êtres respectables : Le prêtre, le guerrier, le poète. Savoir, tuer et créer. Les autres hommes sont taillables et corvéables, faits pour l'écurie, c'est-à-dire pour exercer ce qu'on appelle des professions.

Le textez ici est bien de Charles Baudelaire. Tiré de la FANFARLO

« Pourquoi le poète ne serait-il pas un broyeur de poisons aussi bien qu’un confiseur, un éleveur de serpents pour miracles et spectacles ? »

Baudelaire, lettre à Jules Janin

Ce qu'il y a d'ennuyeux dans l'amour, c'est que c'est un crime où l'on ne peut pas se passer d'un complice.

De la haine du peuple contre la beauté.

Le goût du plaisir nous attache au présent. Le soin de notre salut nous suspend à l'avenir. Celui qui s'attache au plaisir, c'est-à-dire au présent, me fait l'effet d'un homme roulant sur une pente, et qui voulant se raccrocher aux arbustes, les arracherait et les emporterait dans sa chute.

Goût invincible de la prostitution dans le coeur de l'homme, d'où naît son horreur de la solitude. - Il veut être deux. L'homme de génie veut être un, donc solitaire. La gloire, c'est rester un, et se prostituer d'une manière particulière. C'est cette horreur de la solitude, le besoin d'oublier son moi dans la chair extérieure, que l'homme appelle noblement besoin d'aimer.
Qu'est-ce que l'amour ? Le besoin de sortir de soi. L'homme est un animal adorateur. Adorer, c'est se sacrifier et se prostituer. Aussi tout amour est-il prostitution.
L'éternelle Vénus (caprice, hystérie, fantaisie) est une des formes séduisantes du Diable.
La femme ne sait pas séparer l'âme du corps. Elle est simpliste, comme les animaux. - Un satirique dirait que c'est parce qu'elle n'a que le corps.
Être un grand homme et un saint pour soi-même, voilà l'unique chose importante.
La femme ne sait pas séparer l'âme du corps. Elle est simpliste, comme les animaux. - Un satirique dirait que c'est parce qu'elle n'a que le corps.
C'est par le loisir, que j'ai, en partie, grandi... A mon grand détriment ; car le loisir, sans fortune, augmente les dettes, les avanies résultant des dettes. Mais à mon grand profit, relativement à la sensibilité, à la méditation, et à la faculté du dandysme et du dilettantisme. Les autres hommes de lettres sont, pour la plupart, de vils piocheurs très ignorants.
Étudier dans tous ses modes, dans les oeuvres de la nature et dans les oeuvres de l'homme, l'universelle et éternelle loi de la gradation, du peu à peu, du petit à petit, avec les forces progressivement croissantes, comme les intérêts composés, en matière de finances. Il en est de même dans l'habileté artistique et littéraire, il en est de même dans le trésor variable de la volonté.

© 2020 - Magaflor -