De fil en aiguille je trouve au coté de Charles Baudelaire un ami cher qui se nomme Charles Asselineau.

Je ne vais pas faire la biographie ici car nous trouvons de très beaux travaux ici et

Je préfère laisser quelques lignes pour parler de ses amis. Gérard de Nerval,

Ou bien encore de Charles Baudelaire.

El Desdichado

 

Je suis le ténébreux – le veuf, - l’inconsolé,

Le prince d’Aquitaine à la tour abolie :

Ma seule étoile est morte, - et mon luth constellé

Porte le soleil noir de la Mélancolie.

 

Dans la nuit du tombeau, toi qui m’as consolé,

Rends-moi le Pausilippe et la mer d’Italie,

La fleur qui plaisait tant à mon cœur désolé,

Et la treille où le pampre à la rose s’allie.

 

Suis-je Amour ou Phébus ?... Lusignan ou Biron ?

Mon front est rouge encor du baiser de la reine ;

J’ai rêvé dans la grotte où nage la sirène…

 

Et j’ai deux fois vainqueur traversé l’Achéron :

Modulant tour à tour sur la lyre d’Orphée

Les soupirs de la sainte et les cris de la fée.

Le souvenir qui fût resté le plus vif au cœur de Noël d’Anchères était celuide son premier amour.

Je sais bien qu’une femme d’esprit a dit un jour que le premier amour n’existe pas, parce que ce n’est que la seconde fois qu’on aime complètement et réellement. Et pourtant il faut bien lui donner un nom, à ce sentiment vague, il est vrai,

extrait de la ligne brisée

© 2020 - Magaflor -