Un humaniste et un patriote

Juriste, savant et historien, Bertrand d'Argentré (1519 - 1590) a fortement marqué l'histoire intellectuelle de la Bretagne du XVI ième siècle. Toute sa carrière, il restera un adversaire résolu aux tentatives de centralisation du pouvoir royal.

Le Juriste

En 1570, Bertrand d'Argentré, qui a beaucoup travaillé sur le droit coutumier breton, rencontre le roi Charles IX à Chateaubriant. Séduit, le monarque lui propose la place de maître des requêtes du palais, puis celle de premier président du parlement.

Bertrand d'Argentré qui ne veut pas s'éloigner de la Bretagne refuse. Au début des années 1580, il se dépense sans compter dans les travaux sur la réformation de la coutume de Bretagne.

Il s'oppose notamment à l'hégémonie du droit romain. Jugé trop inquisiteur et peu favorable aux faibles. la nouvelle coutume de Bretagne qui est adoptée lui doit beaucoup. Elle a été appliquée jusqu'à la révolution Française. Durant les débats parfois houleux, au couvent des jacobins à RENNES, Bertrand d'Argentré est apparu comme l'un des adversaire les plus efficaces à l'unification judiciaire du Royaume de France et à la préservation des singularités juridiques de ses territoires.

Son père.

Pierre d'Argentré est né en 1488 date de la Bataille de St Aubin du Cormier. Lieu de la défaite de l'Armée Bretonne face à celle du roi de France, Charles VIII. Issu d'une famille noble des marches de Bretagne, habitué à défendre les frontières du duché, Pierre d'Argentré choisit dès lors une carrière juridique.

Devenu Sénéchal de de Rennes, il participe aux débats sur l'union de la Bretagne à la France, en 1532. Malgrè des déclarations publiqus favorables à François premier, il semble consterné par l'attitude de certains officiers royaux à l'égard de la Bretagne. Il a fortement contribué à forger la conscience politique et intellectuelle de son jeune fils.

Un défenseur des libertés bretonnes.

Le pouvoir royal a en face de lui un redoutable adversaire. C'est un intellectuel déjà réputé et avide de connaissances. Bertrand d'Argentré est un esprit universel qui cultive des relations dans toute l'Europe. Il reçoit des savants, des voyageurs et des penseurs dans son hôtelde Rennes. Il possède une bibliothèque considérable pour l'époque qui aurait compté 3000 ouvrages. Il considère d'ailleurs la littérature comme le plus honnorable des divertissements.

Cet humaniste de la renaissance est aussi un combattant et un défenseur acharné des libertés bretonnes, garanties par le traité de mariage d'Anne de Bretagne avec Louis XII, ainsi que l'Edit d'union de 1532. L'historien Alain Tanguy le décrit comme un homme de son temps. Entier, rude, brutal même. Lorsqu'il estime ses intérêts menacés, dénué de toute complaisance envers les petites faiblesses de ses ennemis.

Né en 1519, à Vitré, Bertrand d'Argentré est très tôt le témoin privilégié des soubresauts de la vie politique bretonne de la Renaissance.

Le dernier combat.

Au XVI ième siècle, la Bretagne est relativement épargnée par les guerres de religions. Le protestatisme peine à s'y implanter.Il n'est adopté que par quelques grandes familles nobles. Mais les choses changent lorsque le roi henri III nomme le Duc de Mercoeur comme gouverneur de Bretagne. Il est marié à l'héritière  des Penthièvre qui peut prétendre au Duché et restaurer sa souveraineté, alors que le royaume de France est en pleine guerre cicile.

Ralliant la ligue Catholique Mercoeur quitte Nantes en 1589 et marche sur Rennes. Bertrand d'Argentré qui a des amis protestants le rejoint alors. Il annonce " Nous sommes devenus, par notre commerce avec les Français, les disciples de méchants maîtres".

A peine Mercoeur a t'il quitté Rennes, que les partisans d'henri de Navarre, le futur Henri IV reprennent le pouvoir. Menacé, Bertrand d'Argentré doit fuir la ville. Sa maison est pillée et sa Bibliothéque aussi. Il ne s'en remettra pas. Il va mourir le 15 férier 1590, peu de temps après.

Eléve brillant et passionné d'histoire.

Bertrand d'Argentré part faire ses études de droits à Orléans puis à Poitiers. Eléve brillant, bien introduit grâce aux relations familiales, il fait son retour en Bretagne en 1540. Il occupe le poste de sénéchal d'abord de Vitré et ensuite de Rennes comme son père.. Ses charges ne l'empèchent pas de se consacrer à sa passion pour l'histoire. Il consulte les notes de son oncle, Pierre le Baud, le chroniqueur d'Anne de Bretagne, décédé en 1505 et considéré comme le premier historien de la péninsule.

En 1548, Bertrand d'Argentré se marie avec Jacqueline de Littré avec laquelle il aura 6 fils.. Quatre ans plus tard, le roi Henri II décide de réformer les juridictions bretonnes, avec la création de quatres présidiaux. Rennes, Nantes, Quimper et Vannes.

Bertrand d'Argentré devient le président de celui de Rennes, dont le territoire s'étend de Chateaubriant à Morlaix.

En 1554, Henri II instaure le parlement de Bretagne comme unique juridiction d'appel dans le duché. Il s'agit pour le pouvoir royal de mieux controler sa nouvelle province. La moitié des parlementaires doivent être étrangers à la Bretagne. Cette décision irrite Bertrand d'Argentré qui ménera une guérilla juridique contre la nouvelle institution.

Texte copié dans le Télégramme du 11 août 2019. Article de Erwan Chartier le Floch

© 2020 - Magaflor -